De l'éloge de la Connerie ...

... Ou de l'intelligence du Con !

___________________________________________________________________________________________________________

 

Images 6

 

"Ce qui empêche les gens de vivre ensemble ...

c'est leur connerie ... pas leurs différences" 

 

(Anna Gavalda / Ensemble , c'est tout / 2004)

 

 

____________________________________________________________________________________________________________

 

 

Aujourd'hui , j'espérais vous parler des "Conjectures de Hardy-Littlewood" ...  postulats mathématiques ô combien passionnants , mais si pointus que j'éprouve bien des difficultés à les "vulgariser" sans rester un peu trop doctoral ... pour ne pas dire autrement ...  

J'ai donc décidé d'aborder dans l'urgence , un autre sujet ... mais lequel ?
Certes la matière ne manque pas , mais pour apporter un minimum de sérieux à la rédaction d'un thème , il faut un peu de temps ... et le temps me manque ... !

Tout à coup ... Eurêka ... je tiens un sujet "facile"!   Je vous explique  ...

Il ya quelques jours , je déjeunais dans un restaurant de Genève avec un ami Psychiatre , quand soudain , après avoir jeté un regard circulaire sur les occupants des tables environnantes , il me dit avec une moue faussement désabusée  :

" Si un jour , tu te sens vide , déprimé ... au bord de la crise existentielle ... ne viens pas me consulter en hâte ... assures-toi d'abord que tu n'es pas tout simplement entouré de cons ... !" 

J'ai souri et lui ai répondu avec une certaine malice :

"Merci pour cet excellent conseil , mon ami ... mais vois-tu ... les cons ne me dérangent pas ... tant qu'ils ne sont pas à ma table ... !"  

Nous avons bien ri ... cette parenthèse humoristique fut hélas de courte durée ...  nous reprîmes bien vite un discours beaucoup plus "académique" ... !

En vous promettant pour la prochaine fois , un contenu plus "scientifique" , je suis donc aujourd'hui contraint de soumettre à votre expertise  la manifestation d'un petit "délire" dicté à mon insu par quelques neurones un peu trop facétieux !


_______________________________________________________________________________________
 

Pour conforter mon hypothèse , établie sur des observations et réflexions glanées çà et là ...

je suis parti sur la base d'une statistique "imaginaire" ... bien entendu !!

 

  90% des gens sont potentiellement "cons" !

 

 

Éh oui …  vous avez donc ainsi toutes vos chances … Alors gardez-les précieusement … Ne les gaspillez pas … !

Si être con est presque toujours salutaire , avoir l'air con est souvent rédhibitoire …
Soyez donc assez intelligents pour saisir la nuance … !

 

 

Comment ne plus avoir l'air con …

 

Le con parle toujours pour ne rien dire … Alors … Ne dites rien !

Certes , vous ne direz rien d'intelligent , mais ça aura au moins le mérite de vous éviter de dire des conneries … !

Vous verrez , vous y gagnerez , car au lieu de se dire : " Oh !… Quel con ! " , votre interlocuteur se demandera : " Joue-t-il au con ? "

Voila déjà un premier bon point !

 

Bon … si vous avez vraiment besoin de parler , alors … allez-y … lâchez-vous et dites vos conneries !

Mais n'oubliez pas de conclure par : " stop … j'arrête de déconner ! " .

Votre interlocuteur se dira obligatoirement : " Ah ! … il joue au con ! " ,sous entendu : " Ah ! …  il n'est pas si con … finalement ! "

C'est un deuxième bon point !

 

 

Comment avoir l'air intelligent …

 

C'est là , un exercice délicat qui demande une parfaite maîtrise de ses émotions !

Pour tenter d'y parvenir , vous pouvez vous appuyer sur deux mimiques imparables qui vous donneront  l'air intelligent … si vous êtes assez con pour les reproduire sans innover !

 

L'air entendu :

Dans un groupe de dix personnes , il y a donc forcément neuf cons … dont vous !

Identifiez d'abord la personne intelligente … c'est facile … c'est celle qui vous paraît "bizarre" et qui prononce des mots que vous ne comprenez pas …

Si elle s'adresse à vous , renforcez votre "air entendu" et faites comme si vous compreniez ses paroles …. vous verrez , à ce moment là , les autres auront l'air beaucoup plus con que vous !!

 

L'air préoccupé … limite " pénétrant " :

Pour vous couler dans le personnage , pensez très fort à tout ce qui vous gâche la vie ( à vos impôts , à votre voiture en panne , à "belle-maman" … qui s'invite systématiquement au repas dominical … )

Stop , ça suffit … ne sombrez pas tout de même dans la dépression !!

Pensez-y très fort , mais n'en parlez pas … ça ferait con !

Bon … si vous êtes vraiment très con , n'espérez pas que votre embarras vous donne l'air très intelligent  , mais avoir l'air "emmerdé" fait toujours très "inspiré" quand on ne donne pas ses raisons !

 

Vous disposez également de quelques attitudes qui vous seront peut-être aussi très utiles !

 

Le " Penseur de Rodin " :

Asseyez-vous … Pliez votre bras droit … fermez votre poing et posez votre menton dessus … appuyez votre coude sur votre cuisse gauche   … le tour est joué !

N'oubliez pas le regard , qui doit fixer le vide , comme si vous étiez en proie à une activité neuronale  intense …

Et ça … c'est radical …  même si vous ne pensez à rien (ce qui n'est pas anormal pour un con ) , il y aura toujours , dans votre entourage , un autre con pour vous demander : " A quoi penses-tu …? "

 

Il y a aussi "L'attitude de celui qui n'en pense pas moins " :

Certes …  un peu délicate à mettre en pratique ... essayez quand même !

Bon … un type bizarre (donc intelligent) vous donne son avis sur le "Théorème d'Incomplétude de Gödel" … Vous n'y comprenez rien …     pas de panique … adaptez-vous en affichant très rapidement l'air entendu  (décrit précédemment) …

Vous pouvez même essayer de compliquer la méthode en y ajoutant  l'air pénétrant  (également décrit précédemment) !

Si vous vous appliquez , vous donnerez l'impression à votre interlocuteur , non seulement de comprendre  mais d'avoir aussi votre propre théorie sur le problème … !

Pas con … ou bien ?

 

Vous pouvez aussi afficher un  rictus de connivence  qui lorsque vous l'associez à un hochement de tête , peut vous donner l'air bizarre (donc intelligent) !

Mais … Attention … pas trop d'amplitude au hochement … !

Vous êtes déjà con …  n'ayez pas en plus ...  l'air d'un âne !!

 

Bien … vous êtes en bonne voie … alors s'il vous plaît , ne sapez pas vos efforts en laissant bêtement libre court aux expressions involontaires de votre connerie !

Surveillez particulièrement votre regard … très important le regard … un œil vide et sans vie peut vous trahir … ben oui … vous êtes trop con pour avoir la pupille pétillante … Essayez quand même de garder l'oeil fixe et bien ouvert !

 

Ah ! Oui … la bouche … pensez à bien la fermer ! Rien ne paraît plus con qu'une bouche entrouverte … Maîtrisez-vous , que Diable … et crachez votre chewing-gum …

Bon … si vraiment vous êtes trop con pour combiner " œil fixe / bouche close " , voici un truc qui vous aidera … Pincez une cigarette entre vos lèvres et regardez monter la fumée !

 

Nous pouvons maintenant passer au troisième chapitre !

 

 

Comment passer pour quelqu'un d'intelligent …

 

 

Ouille … pas gagné d'avance … Aller , on y croit … !

 

Conseil de base : Ne gaspillez pas votre énergie à lire des livres compliqués ou à visionner des films d'auteurs , vous n'y comprendriez rien … et vous finiriez par psychoter … !

Non … occupez-vous plutôt à lire des critiques intelligentes … apprenez les par cœur (connement) , et changez quelques mots pour vous les approprier !

Exemple : " Ce livre a la profondeur désertique d'une douleur sans fin "

Revu et corrigé par vous , cela devient : " Ce livre a la pâleur squelettique d'un coureur de fond "

Pas mal …  

 

Quitte à dire des conneries , allez-y franchement … et veillez à ce qu'elles soient les plus incompréhensibles possibles … !

Pourquoi … ?
Éh bien , parce que les cons prendront ce que vous dites pour des " finesses " et les gens intelligents seront si gênés qu'ils se sentiront cons !!

Ou comment gagner sur les deux tableaux !!

 

Si vous citez un auteur , ne régurgitez pas bêtement sa prose … faites comme si c'était de vous …mais attention … ne faites pas le con … choisissez une citation peu connue … un autre con pourrait vous demander : " C'est de toi ça ? ... t'es sûr ?" … et là , vous vous sentiriez très con !

 

Mais … c'est bien connu … le con ose tout , et avec grande persévérance remet chaque jour sur le métier l'immense ouvrage de sa connerie … !

Difficile de pousser un con dans ses retranchements … il a toujours réponse à tout !

 

Pour preuves :

Quand une personne « bizarre » lui pose une question « bizarre » , il répond immanquablement : "Mais ...pourquoi me poses-tu cette question ? "

 

Il possède aussi la formule qui sauve :  "Tu vois ce que je veux dire ! " 

Le con peut aussi répondre : " Il me semble que tu limites le problème … " , (et là , c'est l'autre qui a l'air con !)

Ou bien :  " Tu crois vraiment ce que tu dis … " (l'autre a l'air hypocrite)

Ou encore :  " C'est tout ce que tu trouves à dire … ben merde alors … !! " (l'autre a l'air très limité)

Et enfin :  " Tais-toi … franchement … tu m'saoules !! " ( et là , l'autre a vraiment l'air très très con !)

 

Cependant , toutes ces "qualités" ne mettent pas le con qui veut paraître intelligent , à l'abri du faux pas !

Il doit être perpétuellement en alerte pour ne pas succomber à la tentation de l'intelligence véritable !

 

Car , chers amis , tout le monde sait bien qu'être intelligent n'apporte pas le bonheur !

 

Les gens " bizarres " sont malheureux  car ils comprennent mieux que les autres , "qu'avant" , il n'y a rien , "qu'après" , il n'y a rien non plus , et que "pendant" n'est qu'une succession de promesses inaccessibles !

 

"Comprendre"...  c'est connaître le doute , le questionnement , c'est passer pour un "fayot" dans une cour d'école , c'est rencontrer la marginalité , voire l'exclusion , c'est connaître la souffrance de l'insomnie , c'est ressentir l'angoisse et la solitude , c'est aussi être rongé par d'innombrables questions existentielles !!

Et chaque jour , c'est enfin regretter amèrement d'avoir à contempler l'affligeant spectacle d'une humanité passant à côté de son destin …

 

Seule grande valeur universelle aux vertus empiriques , la connerie protège de tous ces traumatismes !

Comprendre ...  c'est perdre tous les avantages du con !

 

Le con doit donc prendre garde à ne pas s'infliger tous ces sévices en pure perte … !

 

S'il vous plaît ... ne changez rien …!  Soyez assez intelligents pour rester cons !!

 

Et longue vie à tous … !

 

___________________________________________________

 

Parce qu'il est toujours utile et prudent d'éclairer le lecteur sur le fond de la pensée de l'auteur , je précise que ce texte a été pensé et construit sur le ton de la plaisanterie !

Il doit donc , bien évidemment , être compris au second degré !  Quoique ...

 

_______________________________________________________________________

 

 

Pour aller un peu plus loin ...

 

Qu'est-ce que "l'intelligence" ?

 

 

Nous serons tous d’accord pour dire que cette exceptionnelle capacité cérébrale fait de nous des « Hommes », puisque nous en vantons les mérites depuis un bail en comparant l’homme à l’animal : nous comprenons le monde, nous !

Nous avons la capacité de nous adapter à des situation nouvelles, et nous savons même adapter notre environnement à nos besoins !

Mais , à l’analyse , cette illusion ne dure pas, et laisse bientôt place à un formidable saut dans le vide devant notre inconséquence, notre inhumanité même : nous, les êtres intelligents qui prétendons penser nos vies et vivre nos pensées, nous voilà qui faisons n’importe quoi !

Nous, les maîtres du monde, ne maîtrisons pas notre propre maîtrise : à quoi nous sert donc notre intelligence, sinon à faire des bêtises !!

Nous avons coutume de définir l’intelligence comme étant une formidable « capacité à s’adapter »!

Mais c’est aussi et avant tout la capacité de comprendre, de donner un sens à telle ou telle chose.

 

Il s’agit de saisir la cohérence des phénomènes et de leur organisation logique !

 

Un homme intelligent a conscience des connexions nécessaires qui lient la cause et l’effet, il sait prévoir des événements en observant une situation donnée, parce qu’il a saisi le mécanisme qui les produit !

 

Le mathématicien est intelligent parce qu’il comprend les liens qui font s’enchaîner les formules …

Et nous observons intelligemment un arc-en-ciel si nous pouvons expliquer ce phénomène en liant les couleurs observée aux lois des prismes, et en y reconnaissant les lois de l’optique.

L’intelligence embrasse par la pensée, elle « comprend » ce qu’elle appréhende.

 

Le savoir ne fait qu’apporter des données « en vrac » , il est la lampe toute bête éclairant la pensée .

 

Quant à l’intelligence , elle « gère » toutes les informations dont elle dispose : elle range, trie, classe, organise et donne un sens aux choses au point de pouvoir élaborer des stratégies, de désigner des objectifs et de déterminer les moyens efficaces d’arriver à ses fins , lesquelles fins sont elles aussi données par l’intelligence !

 

Quelle capacité formidable … non?

 

Nous savons nous représenter le monde d’une façon assez cohérente pour y faire notre petit bonhomme de chemin !

C’est à la fois dire que nous avons du pouvoir sur ce monde et qu’il est cohérent puisque nous pouvons le déchiffrer (selon Galilée, le monde est écrit en langage mathématique … il nous reste donc à savoir lire !).

 

Mais tout cela n’explique pas pourquoi l’Homme « délire » au point de devenir le pire danger pour lui-même !

 

Beaucoup de thèses ont fleuri à la fin du 20ème siècle, pour dénoncer le fait que malgré des avancées techniques et scientifiques prodigieuses, l’Homme n’a pas fait progresser d’un iota son humanité ! Bien au contraire , même !!

Une impressionnante accumulation de progrès techniques, et aucun progrès moral chez cet être « si cohérent » !??

L’Homme est barbare, fait guerres sur guerres, brûle les bibliothèques, génocide à tout va, anéantit des cultures millénaires, détruit son propre environnement…

 

Se ferait-il tout à coup « bête brute », abandonnerait-il sa conscience ?

 

On peut le croire, surtout dans notre beau pays de France, détenteur du record de consommation de tranquillisants !

La vivacité de l’esprit gêne … on montre l’intelligence du doigt … on l’accuse de tous les maux !

Le « Darwinisme de comptoir » qui confond encore la notion de « supériorité » avec celle « d’aptitude » incite les « cerveaux naissants » à verser dans l’incohérence diabolique de la bienséance et du « politiquement correct » !

Chacun d’entre nous doit sans arrêt se faire violence pour parvenir à penser, tant tout nous invite à nous complaire dans l’abrutissement passif, mais si confortable qu’il en devient un idéal !

 

A chacun ses méthodes d’abrutissement : alcool , drogue , jeu , militantisme , télé-réalité , sports de masse , réseaux sociaux , etc …

 

Si, comme nous l’avons vu , l’intelligence est la capacité à saisir les événements dans leur processus logiques, il semble pour le moins incompréhensible qu’un être intelligent baisse les bras : en quoi pourrait-il être préférable de ne pas comprendre ?!

Le constat qui surgit est plus que navrant : il semble que la pensée fatigue, et que le réel en prenne un sale coup !

 

Il y a une terrible loi sociale qui oblige à l’inconscience partout dans le monde !

Dans toute civilisation on trouve un psychotrope consommé de façon usuelle.

Partout se fait observer la loi des banquets énoncée par Érasme: « Bois ou va-t-en ! »

Peut-être parce que nous avons été prétentieux en voulant donner un sens à ce monde qui n’en a peut-être pas, ou dont nous sommes incapable de saisir les réels tenants et aboutissants parce que cela nous dépasse !

 

Peut-être notre prétention ne sait plus s’arrêter à l’insupportable conscience de nos limites, auxquelles se heurte, justement, l’intelligence : nos capacités restent étroites, à jamais insuffisantes ; nos bras restent trop petits pour embrasser le monde, et retombent lourds de fatigue, nous faisant renoncer : dans le doute « absinthe-toi » !!

 

Il y a trop de perspectives possibles sur ce petit monde pour qu’il nous soit donné : il n’y a pas qu’une vérité, appréhendée par une loi donnée une bonne fois pour toutes !

 

En fait ,n’ y a t-il pas « des » intelligences , plutôt qu’une ?

 

Les conceptions du monde sont multiples et contradictoires, quand bien même le monde n’est qu’un et indivisible (ce qui le rend justement incompréhensible malgré sa promesse de rationalité).

 

Il ne devrait y avoir qu’une intelligence digne de ce nom : scientifique, toujours pertinente , et de fait , mesurable : on serait davantage intelligent à mesure qu’on comprendrait « la » véritable marche de ce monde.

 

Les démarches visant à mesurer l’intelligence ont pourtant lamentablement échoué !

 

Quelques exemples … juste pour le plaisir :

 

Le célèbre Dr Paul Chauchard a calculé le « coefficient de céphalisation » , disséqué , pesé les cerveaux, et, constatant que le cerveau le plus lourd n’était pas humain, n’en a plus pesé que certaines parties, pour enfin affirmer que le cerveau humain est le plus gros qui soit « dans sa catégorie » , et conférer de la sorte à l’Homme une supériorité sur toutes les autres créatures.

 

Nous ne sommes pas loin d’une évaluation établie en vue de mettre l’Homme sur son piédestal !

 

Autre postulat Anthropocentrique : le calcul du quotient intellectuel a « montré » que le singe est moins intelligent, puisque ses résultats sont médiocres, et que l’Homme est le plus intelligent des animaux, puisqu’il obtient le meilleur résultat à des tests évidemment conçus pour des hommes , et encore, pas tous …

 

Les enfants Français ont un Q.I. plus élevé que les enfants Africains : c’est une réalité , mais de là à dire qu’ils sont moins intelligents …

 

Préférons affirmer que leur culture et leur système scolaire sont très différents, au point que leurs solutions apportées à un « problème Français » seront fausses.

 

Selon son milieu (de perception et d’action), l’Homme, parce que son expérience est différente, a une conscience différente des choses. Faire de cette altérité une preuve de supériorité n’est pas rationnel.

 

 

Un excellent exemple cinématographique illustre ce piège ethnocentriste : pour le Bushman du film « Les dieux sont tombés sur la tête » , « Les Hommes lourds (les Blancs) sont très bêtes, car ils sont incapables de lire une piste ». Les Blancs n’auraient donc pas obtenu de bons résultats à un QI élaboré par des Buschmen !

 

Chaque Homme juge, pense, conçoit, prend conscience de son milieu, selon sa culture !

 

Les critères de l’intelligence sont culturellement établis et variables selon la culture qui les érige, sans que l’on puisse en inférer qu’une culture soit meilleure que les autres !

 

Mais ces critères existent … vouloir les nier est une erreur philosophique majeure !

 

Il est difficile de distinguer l’objet à définir, « l’intelligence » des instruments conceptuels à l’aide desquels on pourrait le définir et, par ailleurs, de faire abstraction du système de valeurs sociales qu’il sous-tend !

 

 

On a pu établir des classements entre les comportements humains en fonction de tâches de difficultés croissantes, mettant en œuvre des fonctions telles que l’induction, l’intuition, la créativité, la reconnaissance mnésique, la rapidité réactionnelle, l’adaptabilité sociale, etc.

 

 

Mais les erreurs de jugement persistent obstinément , comme si la rationalité des choses ne valait pas la peine d’être reconnue, ou comme si nous préférions ne pas la reconnaître en supposant que le monde « délire » avec nous !!

 

______________________

 

Philippe Clément-Béal

Chamonix le 03 Avril 2018

 

________________________ 

Nous serons tous d’accord pour dire que cette exceptionnelle capacité cérébrale fait de nous des « Hommes », puisque nous en vantons les mérites depuis un bail en comparant l’homme à l’animal : nous comprenons le monde, nous !

 

Nous avons la capacité de nous adapter à des situation nouvelles, et nous savons même adapter notre environnement à nos besoins !

 

Mais , à l’analyse , cette illusion ne dure pas, et laisse bientôt place à un formidable saut dans le vide devant notre inconséquence, notre inhumanité même : nous, les êtres intelligents qui prétendons penser nos vies et vivre nos pensées, nous voilà qui faisons n’importe quoi !

 

Nous, les maîtres du monde, ne maîtrisons pas notre propre maîtrise : à quoi nous sert donc notre intelligence, sinon à faire des bêtises !!

 

Nous avons coutume de définir l’intelligence comme étant une formidable « capacité à s’adapter »!

 

Mais c’est aussi et avant tout la capacité de comprendre, de donner un sens à telle ou telle chose.

 

Il s’agit de saisir la cohérence des phénomènes et de leur organisation logique !

 

 

Un homme intelligent a conscience des connexions nécessaires qui lient la cause et l’effet, il sait prévoir des événements en observant une situation donnée, parce qu’il a saisi le mécanisme qui les produit !

 

Le mathématicien est intelligent parce qu’il comprend les liens qui font s’enchaîner les formules …

 

Et nous observons intelligemment un arc-en-ciel si nous pouvons expliquer ce phénomène en liant les couleurs observée aux lois des prismes, et en y reconnaissant les lois de l’optique.

 

L’intelligence embrasse par la pensée, elle « comprend » ce qu’elle appréhende.

 

 

Le savoir ne fait qu’apporter des données « en vrac » , il est la lampe toute bête éclairant la pensée .

 

Quant à l’intelligence , elle « gère » toutes les informations dont elle dispose : elle range, trie, classe, organise et donne un sens aux choses au point de pouvoir élaborer des stratégies, de désigner des objectifs et de déterminer les moyens efficaces d’arriver à ses fins , lesquelles fins sont elles aussi données par l’intelligence !

 

Quelle capacité formidable … non?

 

 

Nous savons nous représenter le monde d’une façon assez cohérente pour y faire notre petit bonhomme de chemin !

 

C’est à la fois dire que nous avons du pouvoir sur ce monde et qu’il est cohérent puisque nous pouvons le déchiffrer (selon Galilée, le monde est écrit en langage mathématique … il nous reste donc à savoir lire !).

 

 

Mais tout cela n’explique pas pourquoi l’Homme « délire » au point de devenir le pire danger pour lui-même !

 

 

Beaucoup de thèses ont fleuri à la fin du 20ème siècle, pour dénoncer le fait que malgré des avancées techniques et scientifiques prodigieuses, l’Homme n’a pas fait progresser d’un iota son humanité ! Bien au contraire , même !!

 

Une impressionnante accumulation de progrès techniques, et aucun progrès moral chez cet être « si cohérent » !??

 

L’Homme est barbare, fait guerres sur guerres, brûle les bibliothèques, génocide à tout va, anéantit des cultures millénaires, détruit son propre environnement…

 

Se ferait-il tout à coup « bête brute », abandonnerait-il sa conscience ?

 

 

On peut le croire, surtout dans notre beau pays de France, détenteur du record de consommation de tranquillisants !

 

La vivacité de l’esprit gêne … on montre l’intelligence du doigt … on l’accuse de tous les maux !

 

Le « Darwinisme de comptoir » qui confond encore la notion de « supériorité » avec celle « d’aptitude » incite les « cerveaux naissants » à verser dans l’incohérence diabolique de la bienséance et du « politiquement correct » !

 

Chacun d’entre nous doit sans arrêt se faire violence pour parvenir à penser, tant tout nous invite à nous complaire dans l’abrutissement passif, mais si confortable qu’il en devient un idéal !

 

 

A chacun ses méthodes d’abrutissement : alcool , drogue , jeu , militantisme , télé-réalité , sports de masse , réseaux sociaux , etc …

 

 

Si, comme nous l’avons vu , l’intelligence est la capacité à saisir les événements dans leur processus logiques, il semble pour le moins incompréhensible qu’un être intelligent baisse les bras : en quoi pourrait-il être préférable de ne pas comprendre ?!

 

Le constat qui surgit est plus que navrant : il semble que la pensée fatigue, et que le réel en prenne un sale coup !

 

 

Il y a une terrible loi sociale qui oblige à l’inconscience partout dans le monde !

 

Dans toute civilisation on trouve un psychotrope consommé de façon usuelle.

 

Partout se fait observer la loi des banquets énoncée par Érasme: « Bois ou va-t-en ! »

 

 

Peut-être parce que nous avons été prétentieux en voulant donner un sens à ce monde qui n’en a peut-être pas, ou dont nous sommes incapable de saisir les réels tenants et aboutissants parce que cela nous dépasse !

 

Peut-être notre prétention ne sait plus s’arrêter à l’insupportable conscience de nos limites, auxquelles se heurte, justement, l’intelligence : nos capacités restent étroites, à jamais insuffisantes ; nos bras restent trop petits pour embrasser le monde, et retombent lourds de fatigue, nous faisant renoncer : dans le doute « absinthe-toi » !!

 

Il y a trop de perspectives possibles sur ce petit monde pour qu’il nous soit donné : il n’y a pas qu’une vérité, appréhendée par une loi donnée une bonne fois pour toutes !

 

En fait ,n’ y a t-il pas « des » intelligences , plutôt qu’une ?

 

Les conceptions du monde sont multiples et contradictoires, quand bien même le monde n’est qu’un et indivisible (ce qui le rend justement incompréhensible malgré sa promesse de rationalité).

 

Il ne devrait y avoir qu’une intelligence digne de ce nom : scientifique, toujours pertinente , et de fait , mesurable : on serait davantage intelligent à mesure qu’on comprendrait « la » véritable marche de ce monde.

 

 

Les démarches visant à mesurer l’intelligence ont pourtant lamentablement échoué !

 

Quelques exemples … juste pour le plaisir :

 

Le célèbre Dr Paul Chauchard a calculé le « coefficient de céphalisation » , disséqué , pesé les cerveaux, et, constatant que le cerveau le plus lourd n’était pas humain, n’en a plus pesé que certaines parties, pour enfin affirmer que le cerveau humain est le plus gros qui soit « dans sa catégorie » , et conférer de la sorte à l’Homme une supériorité sur toutes les autres créatures.

 

Nous ne sommes pas loin d’une évaluation établie en vue de mettre l’Homme sur son piédestal !

 

Autre postulat Anthropocentrique : le calcul du quotient intellectuel a « montré » que le singe est moins intelligent, puisque ses résultats sont médiocres, et que l’Homme est le plus intelligent des animaux, puisqu’il obtient le meilleur résultat à des tests évidemment conçus pour des hommes , et encore, pas tous …

 

Les enfants Français ont un Q.I. plus élevé que les enfants Africains : c’est une réalité , mais de là à dire qu’ils sont moins intelligents …

 

Préférons affirmer que leur culture et leur système scolaire sont très différents, au point que leurs solutions apportées à un « problème Français » seront fausses.

 

Selon son milieu (de perception et d’action), l’Homme, parce que son expérience est différente, a une conscience différente des choses. Faire de cette altérité une preuve de supériorité n’est pas rationnel.

 

 

Un excellent exemple cinématographique illustre ce piège ethnocentriste : pour le Bushman du film « Les dieux sont tombés sur la tête » , « Les Hommes lourds (les Blancs) sont très bêtes, car ils sont incapables de lire une piste ». Les Blancs n’auraient donc pas obtenu de bons résultats à un QI élaboré par des Buschmen !

 

Chaque Homme juge, pense, conçoit, prend conscience de son milieu, selon sa culture !

 

Les critères de l’intelligence sont culturellement établis et variables selon la culture qui les érige, sans que l’on puisse en inférer qu’une culture soit meilleure que les autres !

 

Mais ces critères existent … vouloir les nier est une erreur philosophique majeure !

 

Il est difficile de distinguer l’objet à définir, « l’intelligence » des instruments conceptuels à l’aide desquels on pourrait le définir et, par ailleurs, de faire abstraction du système de valeurs sociales qu’il sous-tend !

 

 

On a pu établir des classements entre les comportements humains en fonction de tâches de difficultés croissantes, mettant en œuvre des fonctions telles que l’induction, l’intuition, la créativité, la reconnaissance mnésique, la rapidité réactionnelle, l’adaptabilité sociale, etc.

 

 

Mais les erreurs de jugement persistent obstinément , comme si la rationalité des choses ne valait pas la peine d’être reconnue, ou comme si nous préférions ne pas la reconnaître en supposant que le monde « délire » avec nous !!


En savoir plus sur http://montceau-news.com/environnement/307961-eoliennes-quater.html#y1do0Or2ij5jmrLT.99

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau