Le Paradoxe "Tartino-Félinique" ...

... Ou comment tenter ludiquement de percer les secrets de "l'Antigravité" !

 ______________________________________________________________________

 

Sans titre 13

 

"Le Paradoxe humain ,

c'est que tout est dit et que rien n'est compris"

(Emile-Auguste Chartier dit "Alain" / Propos de littérature  / 1934)

 

 

_______________________________________________________________________________________________

 

Connaissez-vous "la Loi de Murphy" ? ...  Non ? ... En êtes-vous certains ?

 

Bon ... Ne vous est-il jamais arrivé au petit déjeuner ,

d'échapper votre tartine et de la voir avec désappointement ,

tomber face beurrée ou confiturée sur votre carrelage ?

 

Imagescais73qy

 

 

C'est rageant ...  n'est-ce pas ? ...

... surtout quand en essayant de la rattraper , on renverse également son bol !

Grrrrrrrrr !!!!

 

300px cafep2

 

Cette "calamité" n'est apparemment pas nouvelle puisque certains latinistes prétendent qu'en son temps , "Ovide" (43 av JC / 17 ap JC) s'interrogeait déjà sur ce phénomène !

« C'est la fatalité qui fait que nos tartines

Quand elles tombent des tables de cuisine

Atterrissent toujours du côté désastreux

Où le beurre agglutine les déchets poussiéreux »

 

Mais pourquoi  une tartine tombe-t-elle toujours sur le mauvais côté ?

C'est , me direz-vous , un peu comme le chat qui retombe toujours sur ses pattes ... C'est immuable …

Oui .... mais Non !! ... Car chez le félin , cela découle de plusieurs aptitudes innées , alors que la tartine , elle , n'a intrinsèquement aucune prédisposition particulière à ce genre d'exercice !

 

Et si nous tentions d'associer les deux ...

 

__________________________________________________

 

 

Parce qu'il nous faut toujours appeler un chat ... un chat , commençons d'abord par définir le mot "Paradoxe" !

Faisons ensuite connaissance avec monsieur "Murphy" !        

 

 

 

Qu'est-ce qu'un Paradoxe ?

 

Un paradoxe est une formulation qui contient ou semble contenir une contradiction logique ou un raisonnement qui , bien que tout à fait réaliste aboutit à une absurdité .

Un vrai paradoxe conduit toujours à un résultat contre-intuitif !

Mais , ce résultat illogique n'est pas forcément dû à une erreur de raisonnement ou de formulation , ni même à une méconnaissance du sujet traité .

Il provient , en grande partie , d'une profonde difficulté d'interprétation des phénomènes réels .

Un vrai paradoxe aboutit toujours à une contradiction irréductible !

C'est sous cet angle que le paradoxe doit être abordé en science !

 

Néanmoins , les paradoxes ne doivent pas être considérés comme des freins ou des obstacles à la connaissance , mais plutôt comme des portes susceptibles de s'ouvrir sur de futures découvertes !

Ils sont avant tout de formidables vecteurs de réflexion !

 

 

 

 

Sans titre 20

 

Edward Aloysius Murphy Jr. (1918 - 1990)

 

 

Ingénieur en Aéronautique et Aérospatiale Américain .

Formé à "l'Air-Force Institute of Technology"  (A.F.I.T.) , il devint "le" spécialiste en sûreté de fonctionnement de systèmes critiques .

Son travail consistait à étudier et surtout à anticiper tous types de problèmes , de pannes ou de catastrophes susceptibles de se produire lors de toutes les phases de fonctionnement d'engins ou de matériels hyper-sophistiqués appartenant au domaine de l'armée de l'air américaine et à celui de la conquête spatiale . Vaste tâche !!

 

Partant d'un principe très simple , à savoir : le pire est toujours certain , il édicta  une règle : "Tout ce qui peut mal tourner , va obligatoirement mal tourner" !! 

Cet homme a donc passé sa vie à imaginer le pire dans le monde le plus désagréable possible !!!  

 

Cette règle deviendra par la suite une loi empirique : la "loi de Murphy" !

Bien qu'elle ne repose sur aucun fondement théorique , elle est souvent vérifiée par l'expérience ou les faits !

Dans les amphis et les laboratoires , nous l'appelons plus familièrement : "loi de l'emmerdement maximum" !!

C'est aussi en vertu de cette loi que certaines décisions politiques sont prises sous couvert du principe de précaution !

 

 

 

Revenons à notre tartine ...

Même pour les plus malchanceux d'entre nous , laisser choir sa tartine n'est certes pas un malheur matinal quotidien !

La probabilité que cela se produise est relativement mince .

 

Mais , que le beurre soit doux , demi-sel , allégé ou pétri d'oméga  , il  prouve à chaque fois son "attachement" à notre carrelage !

Même chose avec du miel , de la confiture ou autre pâte chocolatée "saturée" en huile de palme !!!!

C'est désespérant ...non ?

Peut-être pas ! Posons-nous quelques questions !

~ Avons-nous choisi le bon côté de la tranche de pain pour étaler notre beurre ?

~ La technique employée pour garnir le pain a-t-elle son importance ?

~ Et enfin , existe-t-il une ou plusieurs hypothèses scientifiquement crédibles pour expliquer ce phénomène ?

 

66544 beurre

 

Nous verrons un peu plus loin que le physicien britannique "Robert Matthews" a consacré une étude très sérieuse au sujet !
Mais pour l'instant , intéressons-nous à notre équilibriste à quatre pattes !

 

 

 


L'équilibre du chat

Nous avons déjà tous assisté à la chute d'un chat , et nous avons pu observer la rapidité avec laquelle il rétablit "l'assiette" en se retournant et en repositionnant ses pattes pour amortir l'atterrissage !


 

Sans titre 18

 

C'est grâce à une perception absolue et constante du positionnement de sa tête dans l'espace que le chat détient son équilibre .

Une oreille interne très sophistiquée et des capteurs sensoriels (mécano-récepteurs) situés dans les muscles , les tendons et les articulations , contribuent à protéger le chat des risques de fractures osseuses dues à un squelette fin et fragile .

 

Entre l'oreille interne , le cerveau et les organes sensoriels , la synergie opère en quelques millisecondes !

 

Innervation oreille interne

Schéma de l'oreille interne du chat

 

 

 

 

Revenons à notre Paradoxe ...

 

Tartino-Félinique ou Félino-Tartinique ?

Nous sommes donc en présence de deux lois qui répondent chacune à leur propre règle !

 

Loi 1 : la tartine tombe toujours sur le côté beurré :

Sans fondement théorique , mais statistiquement reproductible .

 

Loi 2 : le chat retombe toujours sur ses pattes :

Fondement théorique avéré , puisque basé sur des particularités Morphologiques , Anatomiques et Neurologiques démontrées .

 

Au-delà de ces lois qui présentent chacune des caractéristiques concrètes , on peut toujours , dans l'absolu , imaginer qu'elles obéissent toutes les deux à une sorte de force supérieure et impalpable : la Nature !

 

Et c'est là que ça devient intéressant ...

 

Supposons ...  j'ai bien dit "Supposons" ... qu'on assemble dos à dos , une tartine beurrée et un chat et qu'on lâche le tout dans le vide !

Que se passera-t-il ?

 

Essayons !!

Beurrer la tartine ne présente aucune difficulté ... la fixer sur le dos du chat est une autre affaire !

C'est pourquoi , il est prudent d'endormir l'animal !

 

Chat 0 2

 

 

Le mode d'endormissement est  bien sûr  laissé au libre choix de l'opérateur ! (Eviter toutefois , le marteau ou le pied de biche !  Choisir plutôt une procédure d'anesthésie beaucoup plus efficace et rapide , comme par exemple ...  un discours de politicien ! )

 

Bien ... le "paquet" est ficelé , la fenêtre du deuxième étage est ouverte et le chat se réveille gentiment ... l'opérateur va pouvoir passer à l'action !

 

Top ! C'est fait !! ... Que se passe-t-il ?

 

Eh bien , à ce moment précis , on peut supposer qu'il ne se passe ... RIEN !

L'ensemble "flotte" dans l'air sans tomber d'un seul millimètre !

Pourquoi ?

Tout simplement parce que la loi de la tartine beurrée nous dit  de manière affirmée que le beurre doit obligatoirement toucher le sol , alors que les principes de l'équilibre félin interdisent strictement la possibilité pour le chat d'atterrir sur le dos ... et réciproquement !

Si l'ensemble formé par le chat et la tartine tombait (ne fût-ce que sur la "tranche") , la "Nature" n'aurait alors aucun moyen de résoudre ce paradoxe !

Elle choisit donc de figer l'action !

 

Sans titre 17

 

A ce stade de l'expérience , la moue dubitative de certains d'entre-vous m'en dit long sur le scepticisme , voire même la frustration qui les envahit face à ce résultat si hautement contre-intuitif !

"Absurde" , "Tordu" sont sûrement les mots qui viennent vous frapper l'esprit !

Mais , ne soyez pas déçus ! Je vous l'ai dit , un paradoxe est un formidable outil de réflexion !

 

Alors , on peut toujours supposer qu'au lieu de rester statique , l'ensemble tourne sur lui-même . On peut aussi imaginer que le lien se rompe et qu'à cet instant la nature de chacun reprenne ses droits et les rende à leur propre destin !

Pourquoi ne pas envisager que le chat se libère de la tartine en la mangeant ......?

Comme vous le voyez , les possibilités peuvent être nombreuses !

A nous de faire marcher notre imagination !

 

Comme l'écrivait "Diderot" : "Ce qui est aujourd'hui un paradoxe pour nous , sera pour la postérité une vérité démontrée"

 

_____________________________________________________________________

Pour clore ce chapitre , je tiens à rassurer nos amis défenseurs de la cause animale !

Cette expérience de "pensée" préserve en tous points l'intégrité physique et mentale de ce petit félin !

A ma connaissance , aucun scientifique (même parmi les plus "espiègles") n'a osé franchir le pas !

__________________________________________________________________

 

 

 

 

 

Une petite "Tartine" de Physique ...

 

Sans titre 27

 

 

 

En 1995 , le physicien Britannique "Robert Matthews" , éminent membre de la "Royal Astronomical Society" et de la "Royal   Statistical Society" , après cinq pages d'équations extrêmement serrées , incluant bien sûr , toutes les constantes possibles et irréfutables , arriva à cette conclusion :

 

 

"Du simple point de vue statistique , ce phénomène , par essence soumis au hasard , devrait conduire à un partage 50/50 entre ces deux éventualités . Or , nous démontrons ici que les tartines , sous l'emprise d'un grand nombre de facteurs , ont effectivement tendance à tomber sur leur côté beurré . En outre , nous démontrons in fine , que ces résultats sont imputables aux valeurs des grandes constantes de l'univers" .

 Il poursuit :

"Notre travail débouche sur des conclusions époustouflantes ! On constate que notre formule ultime contient trois des constantes fondamentales de l'univers .

La première détermine la force des liaisons au sein de l'atome .

La deuxième explique la force exercée par la pesanteur .

La troisième régit la taille des atomes constituant le corps humain .

Or , les valeurs exactes de ces trois constantes fondamentales ont été fixées comme inhérentes à la structure-même de l'univers , quelques nanosecondes après le Big-bang .

En d'autres termes : 

C'est uniquement parce que l'univers est conçu ainsi que les tartines s'écrasent toujours du mauvais côté" .

 

Etonnant ....non ?

 

 

Pour aller un peu plus loin ...

D'autres chercheurs ont bien sûr , aussitôt cherché à démolir son raisonnement !

Ils se sont tous cassé les dents sur la tartine !

Tant au niveau paramétrique que méthodologique , la théorie de Matthews est actuellement  imparable et incontournable .

En 2001 , il l'expérimenta en faisant appel aux écoliers Anglais .

Trente classes furent sélectionnées . 21 000 tartines furent sacrifiées , dont 82%présentèrent leur face beurrée au parquet ou au carrelage !

 

La preuve était donc faite que la Nature a effectivement horreur du vide ... d'un carrelage fraîchement lavé !

 

En 1996 , pour ses travaux sur la tartine , Robert Matthews reçu le prix "Ig Nobel" !

Ne pouvant se rendre à la cérémonie qui se déroule chaque année dans le magnifique "Sanders Theatre" sur le campus d'Harvard à Boston , il envoya un message vidéo pour remercier le jury !

Mais , son message arriva quatre jours après la remise des prix !

"Loi de Murphy" oblige ...

 

 

Pour aller encore un peu plus loin ...
Il ressort des calculs de Matthews , des constatations surprenantes !

Pour qu'une tartine ne s'écrase plus du mauvais côté , il faudrait que les tables de cuisine aient au minimum une hauteur de trois mètres !

Or , cela supposerait que la taille moyenne d'un être humain devrait avoisiner les six mètres !

 

Ce qui est fondamentalement impossible , pour cette principale raison :

Comme nous le savons , la taille et l'organisation des atomes sont déterminées par les constantes de l'univers .
L'humain possède donc des caractéristiques morphologiques , anatomiques , physiologiques et biologiques précises et immuables , qui lui permettent d'être parfaitement intégré à son environnement Quantique .

 

Alors , même si les lois de l'Univers nous condamnent pour l'éternité à célébrer l'union "beurre -carrelage" , réjouissons-nous quand-même de ne mesurer en moyenne qu'un petit mètre-quatre-vingt !

De plus , pour nous aider à supporter ce désagrément , nous pouvons compter sur nos amies les molécules "Amphiphiles" ! (Un "zeste" de Physico-Chimie)

 

La Nature est bien faite ... non ?

 

 

Pour aller toujours un peu plus loin ...

La théorie de ce génial confrère  ne peut pas être contestée , certes , mais il me semble que l'on pourrait cependant "chipoter" un peu sur la forme des tranches de pain utilisées lors de son expérimentation !

En effet , le "toast" Anglais présente des caractéristiques assez  différentes de notre spécialité bien Française : La "Baguette" !

 

Voici donc, pour les "mordus" de bon pain ,  une petite "tartine"... d'équations !

 

Para1Para2Para3Para4Para5

 

 

Les initiés me pardonneront d'avoir volontairement "zappé" le théorème de Huygens ... vulgarisation oblige ...

Je précise également que la démonstration ci-dessus ne peut faire référence en la matière ... le "CQFD" final étant après coup un peu présomptueux de ma part !

Veuillez donc , chers amis , le considérer comme un simple petit paralogisme issu de l'exaltation matinale d'un vieux scientifique trahi par quelques neurones un peu trop "enthousiastes" !

 

____________________________________________________________________

 

 

Pour aller encore et toujours un peu plus loin ...


Il y a quelques jours , dans les locaux du CERN  , lors d'une courte visite de courtoisie à mon éminente consœur Fabiola Gianotti , j'ai pu également m'entretenir quelques instants avec trois jeunes et épatants confrères en charge d'ambitieux programmes de recherches sur "l'antimatière" .

Si vous disposez encore de quelques minutes à consacrer à ce billet , je vous invite à cliquer ICI pour découvrir un résumé succinct de cette entrevue !

 

____________________________________________________________________

 

 

Chers amis , je vous remercie d'avoir sacrifié un peu de votre temps à la lecture de ce billet , qui je l'espère , vous aura procuré autant de plaisir que j'en ai eu à l'écrire ... en prenant mon petit-déjeuner !

 

Oups ! ... Je dois vous laisser ... la "Loi 1" vient encore de se justifier !

 

 

___________________________________________________________________

 

 

 

Philippe Clément-Béal .

Chamonix le 12 Août 2017

 

 

___________________________________________________________________________

 

Si vous souhaitez déposer un commentaire

Entrez simplement un Prénom , un Nom ou un Pseudo

Il est inutile d'inscrire votre adresse Mail

Merci

__________________________________________________________________________

 

 

 

 

Commentaires (2)

Georges dit Géo Trouverien
  • 1. Georges dit Géo Trouverien | 13/08/2017
Génial , instructif et "incitatif" ... J'ai voulu faire l'expérience avec ma belle-mère , mais elle a avalé la tartine avant que j'ai eu le temps de lui attacher dans le dos .
Second degré ... ou pas .
A bientôt à Sallanches
Gérard
  • 2. Gérard | 13/10/2017
Si la tartine tombe du correctement sur le sol, c'est que le beurre n'a pas été disposé du bon coté !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau