Nagasaki ...

...Ou comment raisonnablement s'interroger sur la "pertinence" de ce second bombardement !

_________________________________________________________________________


Hommages theodore monod l 1

 

 

"L'arme nucléaire , c'est la fin acceptée de l'humanité"

(Théodore Monod / 1902 - 2000)

 

 

 

 

 

____________________________________________________________________

___________________________________________________________________________________________

____________________________________________________________________

 

 

Le 6 Août dernier , on commémorait (dans l'indifférence quasi générale)  le 71ème anniversaire du bombardement atomique américain sur la ville japonaise d’Hiroshima .

1000

Pour les responsables de l’époque, cette mortelle démonstration de la puissance nucléaire se justifiait officiellement par le besoin de mettre un terme rapide à cette guerre qui sévissait toujours entre les États-Unis et l’Empire du Soleil Levant (près de 3 mois après "notre" 8 mai.)

Mais il est aussi vraisemblable qu’un des objectifs cachés de ce bombardement ait été de montrer les muscles face à l’Union Soviétique, aux heures où l’affrontement larvé des deux superpuissances pointait déjà largement le bout de son nez.
D’ailleurs , certains analystes estiment a posteriori que c’est en partie grâce à Hiroshima et à son rôle d’épouvantail que personne n’a finalement appuyé sur le bouton rouge, et que la Guerre froide n’a pas dégénéré en apocalypse nucléaire totale !

A l’opposé de ces justifications militaires, beaucoup considèrent que le bombardement d’Hiroshima et ses presque 100 000 civils assassinés en quelques minutes constitue tout simplement le crime de guerre le plus abominable de l’histoire de l’humanité !

Et pourtant , quel que soit le point de vue ou l’opinion que l’on adopte, on est obligé de reconnaître qu’il existe un acte encore plus injustifiable que le bombardement atomique d’Hiroshima : celui de Nagasaki qui eu lieu 3 jours plus tard le 9 août 1945 !

Comment en effet justifier d’un deuxième bombardement, seulement 72 heures après le premier, alors que l’ennemi n’avait aucun moyen de répliquer, et n’avait d’ailleurs probablement pas pris la pleine mesure de ce qui venait de lui arriver !

Il existe chez certains historiens une hypothèse dont j’ai peur qu’elle ne soit pas entièrement fausse : les responsables de l’armée américaine avaient besoin de faire une expérience !!

 

Il y a en effet un "détail" technique important à connaître au sujet de cet épisode : les deux bombes atomiques utilisées étaient de deux types assez différents.
Little Boy, la bombe d’Hiroshima fonctionnait à l’"Uranium 235" tandis que Fat Man, celle de Nagasaki était au "Plutonium 239".

Il faut savoir que si vous voulez fabriquer une bombe A , vous avez besoin d’un combustible capable de fission nucléaire, mais attention pas n’importe quelle fission !
Un élément qui fissionnerait spontanément (comme les éléments radioactifs) ne marcherait pas ; ce qu’il vous faut c’est un noyau atomique dont on puisse déclencher la fission.
Et pour que tout ça se passe de manière violente et concentrée, on a besoin d’une réaction en chaîne c’est-à-dire que la fission d’un noyau en entraîne d’autres et ainsi de suite ... !

Un noyau atomique permettant de faire une bombe A doit donc remplir deux conditions :

  • Il doit fissionner quand on lui balance un neutron.
  • Cette fission doit produire de nouveaux neutrons qui vont propager et entretenir la réaction.

Or , il se trouve que parmi tous les isotopes de tous les atomes lourds de la classification périodique, il n’en existe essentiellement que deux qui remplissent ces conditions : l’Uranium 235 et le Plutonium 239. (Encore que quelques autres comme l’U233 et le Np237 aient aussi été envisagés)

Ci-dessous , vous pouvez voir le schéma d’une fission possible de l’Uranium 235 induite par un neutron, et qui libère notamment trois neutrons supplémentaires permettant d’entretenir la réaction en chaîne.

 

Naga

 

Il existe bien évidement de nombreux arguments techniques pouvant conduire à privilégier une technologie par rapport à l’autre.
Mais (pour maximiser leurs chances de réussite) les responsables du projet Manhattan ont décidé de développer les deux en parallèle jusqu’au bout : la production d’Uranium 235 ayant lieu sur le site d’Oak Ridge dans le Tennessee et celle de Plutonium 239 sur celui d’Hanford dans l’état de Washington.

Avant le bombardement du 6 août 1945 sur Hiroshima, une seule et unique bombe avait été fabriquée, et testée 3 semaines plus tôt dans le désert du Nouveau-Mexique : il s’agissait de Trinity , qui tout comme Fat Man , la bombe de Nagasaki , fonctionnait au Plutonium 239.
La bombe Little Boy d’Hiroshima était donc la première du genre : jamais personne n’avait fait exploser de bombe à l’Uranium 235.

Plutôt "osée" comme tentative , mais semble-t-il couronnée de succès sur le plan militaire !!

Alors pourquoi ensuite aller bombarder Nagasaki ?
Seulement pour en remettre une "couche" et montrer que c’était possible de recommencer ?
Ou pour justifier les coûts exorbitants d’avoir mené jusqu’au bout deux programmes en parallèle et contenter ceux ayant travaillé sur la technologie au plutonium ?

…Ou bien tout simplement pour tester "grandeur nature" le "rendement" d'une bombe au plutonium 239 ?

50 000 morts supplémentaires  pour une "simple expérience" ... cher payé , non ?

84767756 001468749 1

.

Comme la majorité de mes confrères Physiciens , je suis bien évidement viscéralement opposé à toute utilisation de l'atome à des fins "criminelles" , mais néanmoins , je n'ai pas la prétention de "refaire" l'histoire !

A chacun d'entre nous d'assumer (ou pas) le lourd héritage d'une humanité souvent irresponsable et cruelle !!

 

Dans les secondes après l'explosion de "little boy" sur Hiroshima , "Robert Oppenheimer" (grand patron du "projet Manhattan") déclama avec emphase un vers de la "Bhagavad - Gita" (chant du bienheureux / 1er siècle av JC) :

"Now , I am become death , the destroyer of worlds"
("Maintenant , je suis devenu la mort , le destructeur des mondes")

 

"Kenneth Bainbridge" (responsable du test "Trinity"), quant à lui , commenta l'abomination de façon beaucoup moins "littéraire" :

"Now , we are all sons of a bitch"
("Maintenant , nous sommes tous des fils de pute")

 

A chacun sa "sensibilité" , et sa manière de négocier avec sa conscience ... 

_________________________________________________________

 

Philippe CLÉMENT - BÉAL
Chamonix le 07Août 2016

________________________________________________________________

Si vous souhaitez déposer un commentaire

Entrez simplement un Prénom , un Nom ou un Pseudo

Il est inutile (pour des raisons de confidentialité) d'inscrire votre adresse mail

Merci
______________________________________________________________

 

Commentaires (1)

bouillot daniel
  • 1. bouillot daniel | 12/02/2017
Bonjour Philippe.

Ma contribution risque d'être peu pertinente, et je m'en excuse d'avance.

Je suis de l'avis de feu mon père : "la guerre, faut pas la faire mais si on y va, faut pas chercher à l'humaniser.
Faut qu'elle se termine le plus vite possible"

Les armes atomiques sont épouvantables, mais les victimes de l'opération Gomorrhe, rien que pour prendre cet exemple, ont elles eu une fin plus humaine ?

Quand les chercheurs préparaient l'arme qui pouvait arrêter le massacre, que faisaient les chercheurs japonais, par exemple dans l'unité 731 ?
http://www.interet-general.info/spip.php?article53
Attention aux âmes sensibles....

Peu de temps avant les bombes nucléaires, ils avaient mis au point un sous-maris spécial, porteur de trois avions prêts pour répandre des armes biologiques sur les villes de la côte W.
Pas sûr que le cours de la guerre n'en fût pas changé....

Il y a quelques jours, émission T.V. sur ce sujet. Soixante dix ans après, des humains continuent d'avoir les jambes qui pourrissent, y compris les os !!

M. Oppenheimer n'aurait il pas dû tirer des conclusions inverses, à savoir qu'il deviendrait tellement dangereux de déclencher ce type d'hostilité que ce serait quasi impossible ? La preuve pendant 60 ans non ?

Maintenant, ne nous leurrons pas, un jour où l'autre, il existera bien un fou qui sera capable d'entrainer un peuple vers l'irréparable, pas forcément nucléaire mais peut être bactériologique.....

Et ne nous leurrons pas sur l'humanité des "décideurs" :

""’un accord entre le général Douglas Mac Arthur et Hirohito, une grande partie des officiers de l’unité 731 ne comparaissent devant aucune cour de justice, les cahiers de l’Unité 731 et les secrets des armes biologiques mises sur pied – allègrement utilisés ensuite dans le cadre du renforcement du potentiel d’armes biologiques de Fort-Detrick aux Etats-Unis – leur conférant une amnistie complètement hallucinante.""

Amicalement

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau